Le festival électro « Rêve » s’offre un cadre idyllique avec le château du Roussillon près de Cahors dans le Lot et une belle tête d’affiche avec Nakadia pour sa 1re édition.

Par Rédaction Cahors Publié le 7 Mai 22 à 17:02 

Pour la première édition du festival « Rêve », organisé par l’association de musiques électroniques « Undergrange » (composée de Frédéric Baena, de Florian Marty et de Clément Levasseur, tous 3 originaires du sud du Lot), le samedi 25 juin 2022, dès 16 h, le Château du Roussillon, à St-Pierre-Lafeuille à côté de Cahors dans le Lot, vous fera vivre la musique électro dans un cadre majestueux, autour de la thématique du Moyen Âge.

Les DJ de grand niveau, qui se succéderont, vous feront danser, tout en faisant passer d’un univers musical à l’autre, amenant à la rencontre de différentes variantes de musique électronique.

À quelques semaines de cette première, nous avons interrogé l’un des responsables de cet événement, Clément Levasseur, alias DJ Dordeblanc.

La génèse du festival « Rêve »

Actu : Comment avez-vous eu l’idée, au sein de l’association « Undergrange », de ce festival « Rêve » ?

DJ Dordeblanc : En 2019, nous venions de passer un été bien rempli avec une grosse soirée, pour la fête de la musique à Cahors, 4 éditions de la « Boucle Sonore », le long de la rivière Lot et leurs after party, la fête de Montcuq, quelques autres prestations et surtout les 5 ans de l’after Undergrange à la fête de Luzech. Donc après avoir organisé tout ça, en affichant complet à chaque fois, nous avons eu envie de voir plus grand pour le futur.

L’idée d’un festival fusait dans la plupart de nos conversations rêveuses, mais nous étions toujours à la recherche du lieu idéal. Et c’est grâce à nos connaissances mutuelles avec le propriétaire du château du Roussillon, que la rencontre s’est faite. À partir de là, c’est allé très vite. Nous étions sur la même longueur d’ondes, et ce lieu magnifique nous a tout de suite inspirés. Nous nous sommes donc mis d’accord, pour une date en 2021, qui a ensuite été repoussée en 2022, à cause de la crise sanitaire. En tout cas, maintenant nous sommes prêts et il nous tarde de vous faire découvrir tout ça !

Ce nouveau festival nous amènera-t-il à rêver ? En quoi la musique électronique peut nous amener à rêver ?

D. : Bien sûr, c’est même notre but principal ! Le simple fait d’arriver, devant les portes du château, vous coupera le souffle. Les costumes, la sonorisation, les effets de lumières et autres surprises seront là pour créer l’atmosphère singulière que nous cherchons à partager. La programmation artistique jouera évidemment un rôle essentiel dans la progression de l’événement. Les dix DJs seront répartis, entre la scène de la cour extérieure et celle de la salle souterraine du château. Une buvette sera évidemment mise en place, pour vous rafraîchir, ainsi qu’un menu repas spécialement concocté, par notre chef Romain Pieron. Tout sera réuni pour un week-end de rêve !

La particularité de la musique électronique, c’est qu’il n’y a pas toujours de paroles ou de chant. Donc en l’écoutant, on n’est pas obligé d’être guidé, par un texte, une pensée ou un air prévu à cet effet. Il n’y a pas de danse imposée, par le style de musique. L’esprit est donc libre de choisir comment réagir à ce qu’il entend. C’est un processus beaucoup plus créatif, qui permet de se lâcher totalement dans son imagination.

Quelle sera la thématique phare de ce nouveau festival ?

D. : La thématique, c’est la musique ! C’est très clair pour nous, et c’est ce qui nous anime, depuis le début. Nous voulons plus que tout partager, notre identité et culture musicale. Pour se faire, nous avons fait appel à des professionnels du son et lumières, qui se chargeront d’installer le matériel adéquat, pour un rendu d’une qualité impeccable. Chaque DJ pourra alors exprimer pleinement son potentiel.

À noter, le thème sera médiéval. Les festivaliers sont invités à se déguiser, pour l’occasion. Pas de règle précise, mais inspirez vous du château et surtout, faites nous rire… N’hésitez pas à vous servir, si besoin, de la palette d’inspiration sur notre site internet : https://undergrange.com/evenement/

Nakadia tête d’affiche

Quels seront les DJ qui s’y produiront ? Pouvez-vous nous décrire brièvement leur parcours et leur style musical électro respectif ?

D. : Nous serons 10 DJs, répartis sur deux scènes. Avec en tête d’affiche, Nakadia ! C’est incroyable de recevoir une telle artiste, dans notre festival ; nous sommes très fiers qu’elle ait tout de suite été séduite, par notre projet. Originaire de Thaïlande, elle s’impose aujourd’hui comme une des Djs, les plus en vogue du moment.

En tant que pionnière de l’ascension de la scène underground en Thaïlande, elle a provoqué une révolution techno dans son pays, puis séduit Berlin, Ibiza et tous les coins du monde.

Nakadia est reconnue comme une artiste de premier plan pour ses sets électriques, son énergie contagieuse, son mélange impeccable et sa sélection sans compromis pour construire des sets progressifs, à forte intensité.

Incommensurablement talentueuse, autodidacte, passionnée, et internationalement louée, Nakadia est devenue une figure incontournable de la scène Techno Underground.

En tournée dans 72 pays, elle s’est produite dans les plus grands festivals comme « Tomorrowland », « Love parade », « Loveland », et continue de se produire régulièrement, à Ibiza, dans les clubs comme « Ushuaia », « Amnesia », « Sankeys », « Zoo Project » ou « Blue Marlin ».

Nakadia est connue pour son style de techno percutante et ses rythmes puissants, avec des sorties sur des labels tels que Carl Cox’s Intec, Filth on Acid, Set About ou Codex.

En tant que promoteur, Nakadia a marqué l’histoire en Thaïlande avec ses soirées « Nakadia welcomes », accueillant le légendaire Sven Väth 7 fois à travers son pays d’origine.

Le reste de la programmation se constitue de Dordeblanc (Dubaï), Fred Baena (Paris), Mytar (Paris), ? Llon (Montpellier), Joan Jhort (Barcelone), Blackbass (Montpellier), BKBC (Montauban), Vincent R (Toulouse), Morgancito (Montpellier).

Leurs parcours détaillés sont disponibles sur nos pages Facebook et Instagram, ainsi que sur notre site internet dans l’onglet « artistes » : https://undergrange.com/artistes/

Comment êtes-vous parvenus à rassembler ces DJ ?

D. : Il nous paraissait cohérent ; pour une première édition, d’inviter tous ceux qui, de près ou de loin, avaient participé à notre aventure, depuis le début. Le choix s’est fait assez naturellement, et ils ont tout de suite répondu positivement, en adhérent au projet dans son ensemble. Nous sommes très heureux de présenter une palette d’artistes si variée.

Si le succès est au rendez-vous, y aura-t-il d’autres éditions de ce festival ?

D. : Nous l’espérons fortement. Pour l’instant, nous sommes focalisés sur celui-ci bien évidemment, car ça demande beaucoup d’organisation, et avec la distance ce n’est pas simple. Mais quoi qu’il en soit, nous espérons réussir un super événement cette année, et se projeter par la suite sur de nouveaux projets.

Il reste quelques places

Reste-t-il des places disponibles ? Si oui, comment se les procurer ?

D. : Il en reste quelques-unes ! Les places, au premier tarif, sont presque épuisées et nous passerons ensuite au deuxième tarif. Donc oui, vous pouvez toujours réserver votre place sur notre site internet : https://undergrange.com/billeterie/

Nous rappelons cependant que c’est un événement à capacité limitée, à 500 places et que nous seront bientôt complets.

Et vous Dordeblanc, quel est votre rêve particulier ?

D. : Je rêve de mixer avec Richie Hawtin. Je le place là, au cas où il lise la presse lotoise, on ne sait jamais. Sinon, c’est de pouvoir vivre de ma passion, je pense. Beaucoup de gens en rêvent, et peu en ont le privilège. Je commence à peine à y goûter et c’est vraiment un régal. J’espère pouvoir continuer encore longtemps et me lancer dans de nouveaux projets de plus en plus ambitieux.Infos et billetterie sur le site : undergrange.com

Propos recueillis par DIDIER QUET

Undergrange

Author Undergrange

More posts by Undergrange

Leave a Reply

fr_FRFR